Le cas du sur-poids à la naissance va nous permettre de parler un peu des adipocytes.

A quoi est lié le surpoids à la naissance ?

Eh bien, c’est lié essentiellement au fait que les mamans prennent trop de lipides, trop de glucides, et trop de protéines dénaturées (glyquées…).

Protéines dénaturées, protéines glyquées ?

On arrive à la glycation ! On commence à la voir apparaître ! Trop de protéines glyquées !

Alors, que se passe-t-il ?

Ces mamans prennent trop de protéines dénaturées et pas assez de protéines utilisables.

Pas assez de bonnes protéines.

Que se passe-t-il ?

Reprenons au début : les mères prennent trop de lipides, trop de glucides, et trop de protéines dénaturées.

– Commençons par les lipides.

Si on en a un apport trop important chez la maman, puis au niveau de l’embryon qui se développe, puis du fœtus qui continue de se développer, on aura une multiplication des adipocytes.
À la naissance on aura plein d’adipocytes.
Et on les gardera pendant toute la vie !
Car oui, on ne fait pas varier notre nombre d’adipocytes comme on veut.
On ne pourra pas les faire disparaitre.
Théoriquement on les a pour toute la vie.
Donc si à la naissance on a déjà une augmentation du nombre d’adipocytes, on les aura encore 30 ans, 40 ans, 50 ans après.
Ça c’est vrai.
On ne les supprimera pas.
Et pire, on a des expériences prouvant qu’après la naissance on peut augmenter ou multiplier notre nombre d’adipocytes par une mauvaise nutrition.
Si on en avait déjà trop à la naissance, on va l’augmenter encore plus.
C’est la seule variable possible !
On ne pourra pas diminuer notre nombre d’adipocytes.
On ne pourra que l’augmenter.
Répétons-le, si on en a beaucoup à la naissance, on en aura beaucoup toute la vie.
On peut l’augmenter parce qu’on mange mal. Mais on ne peut jamais diminuer le nombre d’adipocytes.
Ça nous pose quelques réflexions : on voit des personnes qui se font maigrir. Que se passe-t-il ?
Revenons à nos petits animaux de laboratoire.
C’est pareil chez l’homme (ou la femme) mais on ne peut « éthiquement » le faire expérimentalement que chez le rat.
On donne à des rates maigres pendant la période où elles sont « grosses » (= enceintes) des régimes riches en acides gras, en particulier riches en acides gras saturés.
On a des petits qui naissent et ils sont déjà gros. Puis on continue de leur donner un régime hypercalorique. Et puis nous voilà rapidement avec des bêtes énormes : les bébés rats pèsent le double du poids d’un rat à maturité !
A ce moment-là, régime strict. On retire tous les lipides, on augmente les protéines et on retire les glucides.
Les petits rats fondent : ils sont comme nous, ils vont perdre du poids.
Puis quand ils ont retrouvé leur poids normal, « de forme », on pratique une cœlioscopie pour voir ce qui se passe dans leur abdomen. Et que constate-t-on ?
Au niveau du ventre, il y a une sorte de toile d’araignée qu’on ne voit habituellement pas chez les rats normaux.
Cette toile correspond à tous ces adipocytes qui sont vides. Si on leur redonne alors à manger, ils reprennent du poids.

– Et les glucides ?
Ce sont les lipides ainsi d’ailleurs que les glucides qui sont responsables de l’augmentation des adipocytes.
N’oublions pas que notre foie utilise les glucides en excès pour les transformer en lipides et constituer ainsi des réserves énergétiques.

– Pour les protéines voir : « Grossesse et sur-poids de bébé 2/2 Protéines Glycation »