« L’effet Jeannot » nous apprend que le cholestérol mangé le matin, fait baisser le cholestérol circulant dans le sang.

Pire : si l’on mange trop de cholestérol le soir, le résultat sera même inverse puisque ce cholestérol s’ajoutera à celui fabriqué le matin et risquera de faire dépasser le cadre idéal pour nos membranes.

Regardez d’ailleurs comment mangent ceux qui ont « trop de cholestérol » : souvent bien trop le soir.

Les aliments dont il faudra surveiller la consommation et éviter les grandes quantités (j’insiste : grandes quantités seulement car il n’est pas question de les supprimer) le soir seront ceux qui apportent du cholestérol tout prêt (les abats, le jaune d’œuf, la mayonnaise, le caviar…) et ceux qui apportent des molécules proches de celle du cholestérol et qui servent à sa synthèse.

On pense d’abord là aux produits gras comme le fromage, la charcuterie mais il ne faudra pas oublier nos faux amis sucrés comme le pain ou les pommes de terre, les pâtes, la pizza, les féculents, etc.

Ce sont des pourvoyeurs clandestins de cholestérol et de triglycérides.

Les conseils alimentaires diététiques n’en parlent jamais.

Nous, nous allons en parler !

Mais avant cela retenons que pour bien gérer notre cholestérol, manger du cholestérol le matin, comme Jeannot, c’est indispensable !

Et pour les autres gras, me direz-vous ?

C’est pareil !

Pour le découvrir, ne manquez pas la suite des aventures de Jeannot dans « Le Jeannot danois »…

Nota bene : certaines familles présentent un taux de cholestérol anormalement élevé en permanence et depuis tout le temps. Il s’agit d’une particularité génétique dont on dit que la prise en charge doit être strictement médicale. Et s’ils avaient besoin de ce cholestérol ? Et que leur problème était ailleurs ? Dans la mauvaise gestion de leur qualité alimentaire et/ou de leur stress oxydatif, par exemple ? Ouh là là, ça devient polémique tout ça…!