Pourquoi les êtres vivants, entre autres les humains, ont-ils des rythmes biologiques ?

L’activité rythmique apparaît comme une propriété fondamentale de la matière vivante.

Une cellule n’assume pas toutes ses fonctions de manière synchrone, pour assurer son renouvellement et entretenir telle ou telle activité de sa différenciation par exemple.

Beaucoup d’activités cellulaires et subcellulaires sont en effet programmées dans le temps.

Mais comment s’organisent-elles et pourquoi sont-elles programmées dans le temps ?

Les rythmes biologiques sont en fait présents pour répondre aux différents besoins de notre organisme au cours du temps, notamment énergétiques, et ainsi anticiper les variations prévisibles de l’environnement.

Le cerveau, le cœur et les reins utilisent le glucose comme source majeure d’énergie.

Mais les aliments sucrés nécessaires au maintien de la glycémie ne sont pas toujours disponibles lors de l’éveil.

Le pic de cortisol qui se produit au moment de l’éveil permet à l’organisme de maintenir une biodisponibilité optimale du glucose extracellulaire, même en l’absence d’apports exogènes de sucres et autres nutriments.

Les variations circadiennes (= tout au long de la journée, avec un rythme sur 24 heures) de cette sécrétion sont en effet associées à celles de la glycogénolyse (destruction nocturne des réserves de glucose pour son utilisation) et de la glycogénogénèse (constitution diurne des réserves de glucose) hépatiques, qui persistent même en cos de jeûne prolongé.

Le prix, en termes de dépense énergétique, que notre organisme devrait payer, s’il avait à remettre en route chaque matin cette mécanique neuro¬endocrinienne et enzymatique, serait prohibitif, au point d’interdire notre survie.

En se servant d’horloges biologiques, notre corticosurrénale anticipe la venue de l’aube et reprend la sécrétion du cortisol au milieu de la nuit pour atteindre son régime maximal lors de l’éveil.

Le pic matinal des glucocorticoïdes permet à notre cerveau et autres organes d’être approvisionnés en sucre, que nous ayons mangé ou non le matin.

Cette organisation se retrouve également au niveau cellulaire.

Des chercheurs ont ainsi démontré que l’hépatocyte (= le foie) de rat privilégie à certaines heures la synthèse de glycogène (pendant la phase d’activité) et celles des protéines et de l’albumine d’autres moments (pendant la phase de repos).

La Chronobotanique explore les rythmes naturels pour favoriser une santé durable.

La Chronobotanique associe chronobiologie, chronobiologie alimentaire et actifs naturels de santé (botanique).

La Chronobotanique lutte contre le stress des rythmes.

La Chronobotanique agit pour favoriser la santé.

La Chronobiologie ce sont les rythmes naturels.

La Chronobotanique agit pour favoriser leur harmonie et conduire à la santé.