En dehors de la prise en charge émotionnelle du stress, pensons à nous occuper de notre alimentation !

Une prise en charge holistique (nom issu du grec et signifiant « tout entier », « le tout ») est nécessaire.
Il convient de s’occuper de toutes les approches de notre vie, de la « globalité » de notre être (au point de vue physique, mental, émotionnel, familial, social, culturel, spirituel…).
Il convient de reprendre en mains notre comportement quotidien et notre harmonie avec les cycles naturels : se lever avec le soleil, se coucher peu après le soleil…

Dans le stress comme dans tout trouble de santé, il y a un travail psychologique mais aussi nutritionnel à faire sur nous.

Il s’agit de faire un point sur notre comportement alimentaire et, souvent, sur les stimulants, dopants ou excitants que nous avons pris l’habitude, souvent insidieusement, de consommer.

Première étape :
– mettons en place une alimentation chronobotanique,
– buvons des bio-infusions relaxantes et reminéralisantes (ortie, prêle…),
– agissons sur le microbiote (probiotiques et actifs naturels de santé comme des vermifuges, des prébiotiques ou des anti-inflammatoires végétaux) pour rééquilibrer notre organisme,
– respirons des huiles essentielles apaisantes,
– détendons-nous par des automassages et la méditation,
– réharmonisons-nous émotionnellement par la gemmothérapie et les fleurs de Bach…
Les plantes drainantes (pissenlit, chardon marie…) ne sont à utiliser que s’il y a constipation. Dans ce cas, complétons notre apport vitaminique et minéral avec des compléments alimentaires.

Deuxième étape :
– évitons les grignotages sucrés,
– prenons le temps de bien mâcher lentement les aliments (les macrobiotes mâchent 30 à 60 fois chaque bouchée avant d’avaler !),
– contrôlons nos pulsions alimentaires en buvant un verre d’eau ou une bio-infusion (par exemple en regardant la télévision) lors d’envie ou de fringale,
– mangeons des aliments frais, bio et le plus sain possible,
– diminuons les céréales transformées (pain, gâteau, pâtes…) et les produits laitiers,
– choisissons bien nos aliments en rejetant les aliments industriels et transformés,
– chassons les calories vides : céréales toutes prêtes dépourvues de minéraux et vitamines, confitures et pâtes à tartiner bas de gamme, sucre blanc, sodas, cafés instantanés ou en capsules…
– prenons des viandes de qualité : bêtes nourries à l’herbe en élevage fermier, riches en fer et bons acides gras,
– surveillons nos jus de fruits : que du bio, préparé maison et à l’instant,
– arrêtons de fumer…
– alternons eaux gazeuses et plates pour profiter de leurs minéraux,
– mangeons les aliments à des températures ni trop élevées, ni trop basses pour faciliter la digestion et éviter les maux de ventre,
– choisissons des huiles vierges bio de 1ère pression à froid et des sucres bio non purifiés,
– préférons les bio-infusions aux boissons en bouteille ou cannette,
– ajoutons des épices et condiments bio à nos plats (persil, thym, sarriette, fines herbes, curry, kaloupilé, origan…)