Lors d’un syndrome métabolique (autrefois appelé syndrome X, aujourd’hui souvent nommé syndrome cardio-métabolique), un grand nombre de paramètres biologiques sont modifiés et chacun de ces paramètres est considéré comme un facteur de risque aussi bien au niveau cardiovasculaire que cérébral.

On observe en effet :
– une obésité portant le plus souvent au niveau de l’abdomen
– une hyper insulinémie ce qui fait penser que le syndrome métabolique est en fait un pré-diabète
– une glycémie à jeun voisine de la normale mais légèrement augmentée. Une épreuve d’hyperglycémie par voie orale démontre un retour très lent de la glycémie ce qui correspond au pré-diabète et à l’insulino-résistance
– une augmentation des triglycérides circulants et du cholestérol
– une hypertension modérée
– un stress oxydatif important avec la production exagérée de radicaux libres.

Cette augmentation de ces paramètres est le plus souvent observée chez des individus sédentaires, sans activité physique mais avec une alimentation trop importante.

Dans notre expérience, en questionnant sur les habitudes alimentaires, il s’avère en grande majorité que ces personnes :
– ne prennent pas de petit déjeuner, seulement un café avec parfois des sucres rapides
– prennent un repas copieux le soir avec en particulier des sucres lents et rapides (pizza, pâtes ; féculents et desserts sucrés) et des lipides saturés (fromages)
– prennent des jus de fruits, sodas et autre coca et ce tout le long de la journée

Ces mêmes personnes avouent ne pas avoir le temps de pratiquer un sport.

Ces résultats nous ont fait penser que les rythmes biologiques étaient importants dans la façon de se nourrir et que l’utilisation des sucres rapides était néfaste chez l’individu sédentaire.

La chronobotanique resynchronise les rythmes alimentaires avec les rythmes naturels en s’aidant des bio-infusions et d’actifs naturels de santé, préconise une gestion des glucides tout au long de la journée et favorise l’activité physique.