Les sauces, les habitués des régimes ne savent même plus quel est leur goût. Pas plus qu’ils ne savent les préparer.

Les sauces sont constituées d’une liaison entre un corps gras et un liant – souvent de la farine. On a trop diabolisé les sauces.

C’est vrai, si l’on noie son pavé de rumsteck sous un demi-litre de béarnaise, on va dépasser nos besoins en « gras » …

Mais s’en priver tout à fait, c’est aussi s’exposer à craquer et à dépasser les bornes.

On ne mincit bien que dans le plaisir, sinon on ne tient pas.

Alors inscrivons sans arrière-pensée les sauces aux menus de nos déjeuners (pas trop de nos dîners, sinon nous empêcherons le déstockage de la nuit…).

Bourguignonne, bordelaise, béarnaise, au poivre, à l’estragon, à la diable, aigre-douce, au cari, à la bigarade, à la ciboulette, vinaigrette, gribiche, au cumin, à l’échalote, à la moutarde, au curry, au vinaigre, au cresson, le choix est vaste.

Amusons nos papilles, mais restons raisonnable : deux cuillérées à café cela suffit largement pour mettre en fête. Davantage, c’est notre balance énergétique, puis notre balance tout court qui risque de faire les gros yeux !

Après se pose la question : qu’y a-t-il dans ma sauce ?

Les épices ont bonne réputation, encore faut-il qu’elles soient de qualité. Entre le champ et notre assiette on trouve souvent des produits chimiques et des traitements stérilisants… Comme la dénaturation UHT pour le lait, ces process industriels en font des aliments morts et toxiques.

Choisir une épice de qualité : bio et surtout en petits conditionnements pour éviter l’humidité et le développement de moisissures. Ces moisissures et les mycotoxines qu’elles produisent peuvent représenter un risque majeur pour la santé, particulièrement de nos reins. Cette remarque est d’ailleurs valable pour les céréales : méfions-nous des grands distributeurs de céréales en libre-service. Ce sont des nids à mycotoxines, particulièrement en magasin bio car les céréales n’étant pas traitées, les moisissures s’en donnent à cœur joie !

Les vinaigres sont issus de fermentations. Ils contiennent beaucoup d’acide acétique ce qui peut être gênant si on en abuse. C’est rarement le cas !

Et puis il y a les additifs, les édulcorants, les conservateurs, les exhausteurs de goût (glutamates…) et bien d’autres choses bizarres. C’est surtout dans les sauces prêtes à l’emploi que l’on trouve ces bêtes-là ! A éviter ! Ou alors juste pour connaître l’ivresse des profondeurs de l’alimentation industrielle…