La Lentille du Puy est un légume sec.
C’est le fruit direct de la nature, un aliment brut et pur, un aliment non transformé.
C’est devenu une rareté à notre époque.
C’est un bien précieux et unique. Pas de chimie ou d’additifs.

La lentille est une graine naturelle riche en sucres et en protéines, un véritable trésor d’énergie et de vie.

Les légumes secs sont appelés « secs » car ils terminent leur croissance estivale par une maturation sur pied et un séchage naturel et doux. Cela leur assure une longue conservation. La nature le prévoit d’origine pour que la graine puisse renaître au printemps suivant.

Ainsi elle aura passé l’hiver dans les meilleures conditions possibles.

L’hiver et même plus que l’hiver puisque des graines de lentilles conservées dans le mystère des salles profondes de pyramides d’Égypte ont pu traverser les millénaires avant de reprendre vie et donner de nouveaux plants. Essayez de faire pareil avec une barre de Mars ou des Chocapic… Rendez-vous dans 5000 ans…

La lentille est aliment facile à vivre.

Au moment de leur préparation culinaire, par trempage et lors de la cuisson dans l’eau, les légumes secs retrouvent toute leur fraîcheur.

Faible coût, stockage et conservation faciles, pas d’épluchage, pas de déchets, cuisson sans préparation culinaire spéciale, consommation en plat chaud ou froid, en entrée, en plat principal ou en accompagnement, sans atteinte, dégradation ou transformation artificielle, et surtout source de vie : ce sont les points forts des légumes secs.

Ce qui caractérise la Lentille du Puy, c’est sa densité nutritionnelle.

Elle est nourrissante et « reconstituante ».

La lentille a toujours été considérée comme un aliment de très haute valeur. Rappelons-nous Ésaü revenant de la chasse, épuisé, et vendant son droit d’aînesse à Jacob en échange de l’appétissante soupe de lentilles que ce dernier était en train de préparer.

Bien plus tard, de malicieux guérisseurs médiévaux vendirent avec succès aux élites du royaume, des farines de lentilles qu’ils présentèrent comme aliment miracle : les « superfood » de l’époque.

L’Histoire a retenu en particulier le nom de l’astucieux Warton qui vantait « l’ervalenta », un remède secret qui doit son nom à sa composition riche en lentille ou Erva lens en latin. Cette mixture fut popularisée par la célèbre comtesse du Barry, favorite de Louis XV qui la conseilla à la cour sous le nom de « revalescière » ou « revalenta » ! Les médecins d’aujourd’hui feraient bien de s’en inspirer pour redonner vigueur à leurs patients : « Vous manquez de tonus ? Faites comme Louis XV, mangez des lentilles ! ».