Je souhaite arrêter de fumer. Comment éviter les pulsions alimentaires compensatoires et surtout la fameuse la prise poids consécutive à l’arrêt de la cigarette ?

La crainte de prendre du poids fait souvent abdiquer les fumeurs qui tentent de se libérer de la nicotine. En fait, il n’y a vraiment pas de quoi s’empêcher de prendre une décision aussi louable : la solution existe !

A l’arrêt du tabac, la prise de poids constatée est en moyenne de 3 à 5 kg chez les hommes et de 4 à 6 kg chez les femmes. Elle n’est pas obligatoire et on peut la prévenir.

La prise de poids à l’arrêt du tabac peut avoir plusieurs origines :
• soit une compensation de la frustration générée par le manque de nicotine, frustration compensée en grignotant toute la journée. Il est fréquent que le fumeur privé de cigarettes compense par la nourriture avec pour préférence des produits sucrés tels que chocolat, gâteaux ou plus souvent des féculents, du pain, des pizzas…
• soit à cause de la reprise du fonctionnement normal des cellules. En effet, il faut savoir que lorsque l’on fume, l’oxyde de carbone (entre autres…) empoisonne le sang. Du coup les cellules respirent moins bien : les échanges sont altérés, les métabolismes diminués et malgré un apport supplémentaire de nourriture le poids n’est pas modifié. A l’arrêt du tabac, tous les globules rouges redeviennent fonctionnels, les échanges d’oxygène redeviennent normaux et l’apport alimentaire supplémentaire maintenu au niveau du temps du tabac provoque une prise de poids d’environ 10% !

Le tabac est, par la nicotine qu’il contient, un excitant de l’intestin. Cela est dû aux stimulations que la nicotine provoque sur les récepteurs nicotiniques situés un peu partout sur nos organes et particulièrement nombreux au niveau intestinal. La nicotine accélère donc le fonctionnement de l’intestin. A l’arrêt du tabac et donc de la nicotine, il y a ralentissement du métabolisme de l’intestin et si l’on surconsomme certains aliments, l’intestin qui fonctionne plus lentement ne pourra pas les transformer. Ils seront ainsi assimilés et entraineront inéluctablement une prise de poids !

Pour éviter cette prise de poids, il faut donc dès l’arrêt du tabac (et même avant !), manger « normalement », c’est-à-dire physiologiquement. Cela veut dire qu’il faut manger en respectant son fonctionnement biologique, en apportant ce qu’il lui faut pour bien tourner mais pas plus, et surtout cet apport doit se faire dans des conditions correctes, c’est-à-dire au moment où le corps en a besoin.
En un mot il faut manger chronobotanique, c’est-à-dire chronobiologiquement avec des nutriments détox végétalisés par le biais des bio-infusions !

Les règles diététiques sont bien connues (Plan National Nutrition Santé). Il faut les appliquer en fonction de sa morphologie et en fonction du moment où notre organisme peut métaboliser les nutriments, sans perte ni stockage (chronobiologie). C’est dans le respect de cette harmonie biologique que réside le contrôle du poids.

J’ai arrêté de fumer il y a plusieurs mois. Comment me débarrasser des quelques kilos superflus accumulés ?
Tout d’abord félicitations ! Le plus difficile est fait ! La perte des quelques kilos superflus sera bien plus facile que ce que la difficulté à arrêter de fumer !

Il faut savoir la nicotine est un excitant de l’intestin, elle accélère son fonctionnement. Sans nicotine il y a donc ralentissement et si l’on consomme trop de céréales (pain, pâtes…), trop de féculents (pomme de terre…), trop de sucres (lents ou rapides), ce ralentissement favorisera l’assimilation et… une prise de poids inévitable. C’est certainement ce qui a dû arriver !

Pour se débarrassez de ces quelques kilos de trop : ne pas manger de pain en dehors du petit-déjeuner, et pas de pommes de terre, de féculents ou de légumes secs au-delà des quantités conseillées par la chronobotanique.

De plus, pour accélérer la perte du bourrelet récalcitrant, n’oublions pas de prendre les bio-infusions matin, midi, goûter et soir. Elles nous aideront à brûler les graisses superflues et éviteront les grignotages intempestifs catastrophiques pour la silhouette.

Dernière remarque : si une constipation apparaît à l’arrêt de tabac, une épuration du foie s’impose avec une bio-infusion adaptée.