Savez-vous comment sont engraissés les animaux pour qu’ils deviennent le plus gros possible ?

Je l’ignorais et je ne voulais d’ailleurs pas en entendre parler.

C’est lors d’un séjour à la ferme, alors que j’étais plantée devant une gigantesque barrière qui me protégeait d’un troupeau d’énormes vaches et peut-être taureaux parqués sous un bâtiment couvert d’un toit de tôle que je l’appris. Pour avoir du bétail gros et gras qui produit une viande persillée (une viande persillée est une viande infiltrée de gras : elle est fondante et appréciée des gastronomes), on leur donnait des quantités et des quantités de sucres lents sous forme de céréales et de tourteaux. Pas question de jouer à la chèvre de monsieur Seguin, même dans un petit pré ; ils sont condamnés à rester enfermés, au mieux dans un petit enclos, pour ne pas utiliser l’énergie des sucres avalés. Pas de courses avec les copains et pas de serpolet et autres mets parfumés.

Comme ce sont des mammifères comme nous les humains, je me suis demandée s’il n’y avait pas un parallèle entre eux et nous, même si on est sensé se nourrir très différemment et si eux ne choisissent pas leur mode de vie et subissent nos folies…

Les humains aiment bien les sucres que ce soit sous forme de gâteaux, bonbons… ou de pain, pâtes… Quant à faire de l’exercice d’une façon régulière cela touche une infime partie d’entre nous. J’en conclue donc que si nous devenons de plus en plus gros et gras c’est parce que nous ingérons trop de sucres ! Comme un bœuf Wagyu, vous savez, ce bœuf japonais à la viande réputée !

Il faut dire qu’avec l’alimentation actuelle nous sommes gâtés. S’il ne s’agissait que des confitures de grands-mères ce serait gérable. Mais avec la nourriture industrielle c’est un vrai délire : céréales transformées, sucres étranges que l’on trouve rajoutés même dans les plats salés, pâtes, pizzas, pain (et oui, les pains sont des sucres ! Des sucres lents mais des sucres !).

Les sucres rapides comme la confiture, le miel, les jus de fruits fournissent de l’énergie immédiate à notre organisme mais ils sont vite consommés et exposent en retour à un « coup de pompe » et à une envie irrépressible d’en re-manger…

Les sucres lents (céréales, légumineuses, pommes de terre…) donnent une énergie plus lente. Ils permettent d’éviter la fatigue brutale et les fringales. Mais c’est quand même de l’énergie ! Et si on ne la dépense pas cette énergie, on la stocke !

Et d’une façon générale nous avons tendance à avaler beaucoup trop d’énergie par rapport à notre utilisation : on ne fait pas assez d’exercice…

Une partie du glucose (élément principal de base de tous ces sucres lents ou rapides appelés glucides) est stocké sous forme de grosse molécule sucrée (glycogène) dans les muscles et dans le foie qui le libèrent pour satisfaire nos besoins en énergie nécessaires à notre activité physique ou intellectuelle (le cerveau aussi consomme du glucose pour travailler).

Le reste du glucose, les éléments non utilisés sont mis en réserve et stockés sous forme de GRAS. Oui, de GRAS !

Que se passe-t-il ?

Eh bien, une fois nos réserves de glycogène saturées (aussi bien dans les muscles que dans le foie, elles sont limitées), le glucose excédentaire va être transformé en acides gras, en triglycérides qui seront envoyés vers les adipocytes.

Et voilà notre ventre et nos fesses qui subitement enflent !
On prend du gras sans en manger !
On le fabrique !
On devient gros et gras comme le bétail : on a fait son gras en mangeant trop de sucre !