On se moque toujours des femmes un peu (ou beaucoup) trop enveloppées dont le ventre est un peu (ou beaucoup) trop saillant. On les accuse de trop manger, d’être gourmandes, de ne pas prendre soin d’elles et d’être fainéantes.

Des réflexions du style :

« Ah, comme c’est dommage, si elle faisait un peu d’exercice elle serait (peut-être) pas trop mal ! »

Vous avez dû en entendre…

Le weekend dernier on m’a trainée, par erreur, à un match de football. Je n’ai compris qu’à la mi-temps que l’équipe en rouge était celle que je devais soutenir et l’équipe en bleue celle à agonir d’injures. En fait pendant quarante-cinq minutes je me suis cassée la voix pour la mauvaise équipe… mais je n’ai pas perdu mon temps pour autant.

En dehors du fait que j’ai découvert un monde que je ne connaissais pas avec ses rites et son vocabulaire fort imagé et rarement académique, j’ai observé le ballet de la gent masculine se précipitant, à la mi-temps, pour se rafraichir le gosier après avoir vociféré.

A 90 % la boisson choisie est la bière.

Debout, en rang d’oignons, de profil, je me suis rendue compte que leur ventre était fort proéminant.

Bon d’accord leur hygiène alimentaire n’est pas géniale (le hot dog constitue pour eux un met de choix) et leur activité physique se limite le plus souvent à faire vibrer leurs cordes vocales bien assis dans un fauteuil ou sur un gradin, mais ce qui impressionne c’est la quantité de bière qu’ils sont capables d’avaler.

La bière est faite avec de l’orge germée, du malt. On laisse fermenter et on obtient de l’alcool et des sucres dont du maltose ; ils sont transformés en réserves d’énergie par le foie. Elles s’accumulent dans celui-ci et s’il ne peut plus accueillir tous ces sucres et alcool ça se transforme en gras qui est stocké au niveau de l’abdomen d’où les ptoses abdominales (ou brioches) décrites plus haut.

Si nombre de ces amateurs de sport sont peu soucieux de leur aspect physique, ils ne se rendent pas compte qu’ils sont victimes d’une baisse de la libido due à leur embonpoint et accentuée par le houblon oestrogénique (féminisant). Bien sûr les bières industrielles ne contiennent pas toutes du vrai houblon, coût du produit oblige, mais sont pires en quantité et qualité de sucre.

Donc les gros costauds ne sont pas si efficaces que ça…

Quant aux femmes attention aux grosses fesses, sinon la bière leur convient mieux qu’aux hommes et je vous garantis qu’elles sont, au cours des matchs, presque aussi assoiffées que leurs pendants masculins.

Moi je bois une boisson qui a la même couleur que la bière, excellents au goût : c’est la tisane SHIVA TOP de la Compagnie Royale des Indes Orientales qui permet de rester un peu plus sexy. A l’image du dieu Hindou Shiva, le destructeur du superflu, elle m’aide à faire le ménage dans mon corps. Associant le maté, la boisson traditionnelle diurétique et anti-oxydante des Indiens Guarani, la reine des prés drainante, le pissenlit qui améliore les fonctions hépatique, biliaire et urinaire, le café vert qui diminue l’absorption des sucres par les cellules hépatiques et donc la transformation du sucre en graisse dans le foie et le guarana utilisé en Amazonie qui aide à la satiété. Lors d’un prochain match j’emporte ma tisane. Car oui, je retournerai dans un stade rien que pour le plaisir de constater que les hommes ont aussi des gros ventres et leur prouver qu’ils devraient se mettre à la tisane !