L’alimentation est notre principale source de surpoids.

 

Causes :

– la surconsommation calorique : excès de sucres et/ou excès de graisse (par rapport à la dépense énergétique : activité, sport…)

– la glycation ou dénaturation des protéines.

 

La glycation :

On l’appelle quelquefois stress dicarbonyl et c’est l’équivalent pour les protéines de la caramélisation des sucres ou de la friture des gras.

La glycation, ce sont les protéines qui deviennent inactives, paralysées par accrochage avec des sucres.

Pour qu’il y ait glycation, il faut présence de sucre, de protéines et de chaleur.

Tout savoir sur la glycation, et ses conséquences : inside-agebreaker.org

Glycation externe :

Les aliments peuvent être ingérés glyqués (par la cuisson, la préparation, la transformation…) et provoquer des carences protéiques par impossibilité d’assimilation des acides aminés. C’est la glycation externe. A ce stade il peut aussi y avoir des intolérances ou allergies : allergies au lait (à la caséine glyquée en fait), allergies au gluten (au gluten glyqué).

 

Glycation interne :

L’abus de sucres alimentaires, en se fixant sur nos protéines, peut provoquer des glycations importantes dans notre corps et rendre inactives nos protéines physiologiques, nos récepteurs cellulaires, nos hormones (insuline…) et nos protéines nécessaires à la production d’énergie, à la réparation de l’ADN, à nos défenses immunitaires, à la détoxification, à la lutte contre l’oxydation… C’est la glycation interne.

 

La glycation, c’est naturel :

Notons que la glycation est un phénomène naturel de dégradation de nos protéines : ce qui est dangereux, c’est son augmentation anormale.

Pour la peau, la glycation est impliquée dans la formation des rides.

Pour le cerveau, on retrouve la glycation dans les dégénérescences cérébrales.

Pour notre santé, la glycation est une des origines du syndrome cardio-métabolique.

Et pour la silhouette, glycation rime avec prise de poids !

 

Ce qui est dangereux, c’est l’augmentation anormale de la glycation.

Cette augmentation est due aux précurseurs de la glycation que sont les sucres.

Quels sucres sont en cause ?

Le glucose (tout le monde connaît l’hémoglobine glyquée) mais surtout le fructose (de plus en plus présent dans nos aliments transformés) et tous les sucres simples (galactose…).

Pour les diabétiques, on ne mesure pas l’hémoglobine glyquée au fructose… on mesure seulement celle glyquée au glucose… d’où un intérêt devenant limité pour le dosage de l’hémohlobine glyquée dans le suivi d’un diabète avec abus de fructose.

 

Conséquences de la glycation :

Rides, dégénérescence, accidents cardiaques et prise de poids !